top of page
  • Carla

Quel est l'impact de la sécheresse sur la vigne ? 🥵

La sécheresse est de plus en plus fréquente et généralisée sur notre pays, et elle impacte bien évidemment la vigne. La moitié sud du vignoble Français est encore plus fortement touchée, et prend ses dispositions pour lutter contre ces chaleurs et préserver la vigne. Dans un contexte de réchauffement climatique et de législations fermes quant à l’irrigation, quel est l’impact de la sécheresse sur la vigne ?


Feuille de vigne

Quels risques pour la vigne en tant de sécheresse ? 🫠

Lors d’une période de sécheresse, la vigne subit un stress hydrique. Ce stress, dans une certaine mesure, peut avoir des conséquences positives sur la vigne. Il vient alors stimuler la plante, permet une bonne maturation des raisins et mène à de bons vins de garde. Lorsque le stress hydrique est trop important par contre, comme c’est le cas de plus en plus fréquemment à cause des épisodes de canicule et de sécheresse, il impacte négative la vigne, la récolte et le vin. Ces épisodes secs viennent réduire les rendements puisque la maturation du raisin n’a pas lieu et une partie de la récolte finit par se perdre. Alors qui dit moindre récolte dit menace économique pour les producteurs. À l’heure du réchauffement climatique, ils sont donc obligés de prendre certaines mesures pour leur venir en aide, comme l’irrigation par exemple.


On parlera des réglementations pour l’irrigation juste après. Lorsqu’elle est utilisée à l’excès, elle permet de gros rendements certes, mais mène à des vins à faibles degrés d’alcool. Une vigne trop irriguée ne parvient effectivement pas à plonger ses racines correctement dans le sol afin de s’alimenter seule, ce qui la fragilise grandement.


Quel impact a la sécheresse sur le goût du vin ?

Si la vigne subit un gros stress hydrique et n’est pas irriguée, les vins sont lourds, manquent d’équilibre et d’harmonie et sont marqués par des arômes empyreumatiques ou brûlés. Lorsque l’irrigation est correctement utilisée, impossible de le sentir à la dégustation : le vin produit obtient un bon taux d’alcool, une bonne acidité, de jolis tannins et un bon équilibre. Si l’irrigation est par contre trop importante, le vin est dilué et le taux d’alcool trop bas.


Comment préserver la vigne de la sécheresse ? 💧

L’irrigation de la vigne est de base interdite par la loi. Quelques exceptions demeurent cependant. Pour les jeunes vignes : au cours des 3 premières années suivant la plantation, l’irrigation est totalement autorisée. Les viticulteurs évitent généralement d’y avoir recours sauf en cas d’urgence. Pour les vins sans indication géographique ou vin de France, ainsi que les IGP, elle est autorisée sauf entre le 15 août et la récolte. Si besoin, retrouvez notre article "AOC, AOP, IGP, quelle différence ?"

Pieds de vigne

Pour les AOC par contre, l’irrigation est de base interdite entre mai et la récolte. Les règles se sont récemment assouplies avec la multiplication des épisodes de sécheresse. Dans tous les cas, elle est toujours interdite entre le 15 août et la récolte. Certains décrets d’appellation permettent une irrigation exceptionnelle entre le 15 juin et le 15 août. Mais prendre la décision de bénéficier de cette aide exceptionnelle n’est pas sans contreparties. Les démarches administratives sont lourdes et prennent parfois trop de temps, mettant en péril la vigne, qui aurait eu besoin d’être irriguée plus tôt. Pour faire une telle demande, le producteur doit réaliser une déclaration auprès de l’INAO.


Comment fonctionne l’irrigation de la vigne ?

Le système le plus efficace et le plus largement utilisé est le goutte-à-goutte. Il peut être disposé sous la terre ou en dehors du sol. Installer un système d’irrigation de base coûte environ 2000€ à l’hectare et peut être entretenu chaque année à moindre coût.


Ces périodes de sécheresse à répétition, de plus en plus fréquentes menacent la qualité de la récolte et du vin. Face à ce problème, qui ne risque pas de s’arranger au fil des années, les réglementations s’assouplissent. Mais l’irrigation peut-elle retirer l’aspect terroir et environnemental des vins, les rendant plus lisses et moins typiques ? Probablement, et ce qui reste certain : la viticulture, comme les autres cultures, va devoir s’adapter à un environnement changeant.


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

50 vues0 commentaire
bottom of page